La migration est l’un des aspects les plus fascinants du monde aviaire : deux fois par an, des milliards d’oiseaux (environ 4 000 espèces sur 10 000) parcourent des distances gigantesques à travers le monde. Cette belle carte interactive nous montre les trajets des plus baroudeurs d’entre eux.

Les oiseaux sont sans doute les créatures les plus mobiles : ils entreprennent souvent des voyages épiques qui ne connaissent pas de frontières. A l’approche de l’hiver ils quittent leur lieu de villégiature et parcourent des dizaines de milliers de kilomètres pour atteindre des contrées plus accueillantes.

La belle carte interactive d’aujourd’hui est un projet mené par Oliver Queck de l’Université d’Augsbourg des Sciences Appliquées. Il cartographie pour vous les routes migratoires de 11 espèces d’oiseaux parmi les plus grands voyageurs sur une année. Il vous suffit de choisir un oiseau dans la liste de gauche pour que s’affiche immédiatement son itinéraire de migration. Vous pouvez également faire tourner manuellement le globe (avec la souris) pour parcourir par vous-mêmes les différentes routes.

Ci-dessous une vidéo montrant la carte en action :

La  vrai carte interactive de la migrations des oiseaux est disponible ici.

Pour ceux que ça intéresse, voici quelques informations supplémentaires sur la migration des oiseaux :

A quelle période à lieu la migration?

Le départ s’effectue en automne entre octobre et novembre. Le retour s’effectue entre fin février et début mai.

Pour quelle raison?

Le responsable n’est pas directement le froid (le nombre de plumes entre les espèces sédentaires et migratrices varie peu) mais un manque de ressources alimentaires, dans les régions où une saison hostile survient.

La diminution des ressources, la diminution de la longueur des jours (photopériode), la baisse de température et d’intensité lumineuse déclenche la production d’hormones (dont la mélatonine) qui annoncent le départ.

Des records de distance!

Le coucou gris effectue un voyage de 8500 km, l’hirondelle des fenêtres de 10000 km, la barge rousse de 11000 km, le traquet motteux de 14 6000 km. Mais le record mondiale (et de loin) appartient à la sterne arctique qui effectue un périple de 35000 km en période de migration!

Un sterne arctique

Une bonne préparation :

Avant le départ ou lors d’une escale où les proies sont en abondance, les animaux accumulent des réserves car ils perdront une partie de leur poids pendant la migration. Par exemple : la barge rousse accumule de la graisse dans sa cavité abdominale, juste sous la peau, tout en réduisant la masse de ces organismes internes, car elle perdra en route jusqu’à 55% de son poids.

Une barge rousse

Un voyage risqué

Malheureusement, bon nombre des espèces migratrices du monde sont en déclin, la principale cause de mortalité durant la migration est la prédation, principalement pour les passereaux. Ainsi, durant leur migration, on a estimé à 10% la proportion de pinsons tués par des prédateurs. Au nombre des menaces on peut également dénombrer de petites nouvelles qui font également des dégâts: perte d’habitat, chasse illégale et non durable, développement des infrastructures, changement climatique et maladie.
[hr_invisible]

Pour avoir une chance de sauver ces animaux fascinants il est essentiel de mettre en place une collaboration internationale et une réponse de conservation coordonnée le long des voies de migration des oiseaux.

 

Source : www.ouessant-digiscoping.fr, www.sciencesetavenir.fr, www.10wallpaper.com, globeofbirdmigration.com, geoawesomeness.com

Guillaume Sciaux – Cartographe indépendant.

Publié par Guillaume Sciaux

Cartographe géomaticien professionnel et indépendant. Né géographe et stéphanois. Voir plus d’articles

Rejoindre la conversation

4 commentaires

Donnez un avis éclairé

  1. Ils sont fous ces oiseaux, des vraies machines!!! A coté, l’être humain ne fait pas le poids avec ses avions longs courrier…!
    Pour ce qui est de la conservation et le sauvetage de ces animaux fascinants, prenons exemple sur la Réunion avec le sauvetage des pétrels après la saison de reproduction (souvent en avril/mai). En effet, si une pétrel en détresse est retrouvée par quiconque , elle peut être déposée dans différents lieux prédéfinis qui feront ensuite le lien pour remettre la pétrel à la société d’étude ornithologique de la Réunion. Plusieurs centaines d’oiseaux sont ainsi sauvés chaque année!

    1. Bonjour, je ne sais pas s’il existe une application smartphone (ni si c’est ce que vous entendez par application) mais le lien vers la page web de la carte interactive est inscrit sous la vidéo dans l’article. Je le remets ici: http://globeofbirdmigration.com/

Exit mobile version