Ce cartographe chevronné et persévérant est prévisionniste au SWPC (Space Weather Prediction Center) qui est en quelque sorte le Météo France de l‘espace. Ce service américain a pour mission de suivre et mesurer l’activité solaire et ses sautes d’humeur à l’origine notamment des vents solaires qui sont si dangereux pour nos infrastructures terrestres. Pour preuve les quelques six millions de canadiens qui se sont retrouvés sans électricité un soir de mars 1989 à cause d’un orage magnétique…

En temps normal le champ magnétique terrestre est suffisant pour contrer les effets de ces éruptions. Mais lorsque, ponctuellement, elles se révèlent trop puissantes notre bouclier naturel est submergé.

Illustration d’une éruption et du champ magnétique terrestre qui nous protège.

Pour mieux prévoir les colères de notre étoile, le SWPC a mis en place un programme de cartographie du soleil. Ce service qui a débuté en 1972 existe toujours et continue à produire des cartes synoptiques, semblables à celles utilisées en météorologie. Elles dépeignent l’activité solaire et cartographie les phénomènes observés tels que les trous coronaux, les filaments et autres protubérances solaires. Toutes ces données constituent alors un outil précieux pour évaluer l’activité solaire et émettre des bulletins d’alerte.

Il est assez fascinant (et peut-être aussi réconfortant) qu’à l’heure du programme SoHO (Solar and Heliospheric Observatory) qui observe et étudie le soleil en temps réel grâce à une douzaine d’instruments en orbite, un programme comme celui-ci, on ne peut plus artisanal, existe toujours!

Si cela vous intéresse, des archives officielles des cartes Solar Synoptic sont disponibles auprès du NGDC (National Geophysical Data Center) et téléchargeables via ftp.

Un journaliste de « La boite verte » a donc eu l’idée de récupérer l’ensemble de ces 15 000 cartes afin de les assembler en un Time laps qui montre l’activité sur les 40 dernières années :

Les cartes en elle-même ne sont pas particulièrement impressionnantes mais c’est plutôt l’ampleur de la tâche qui laisse rêveur…

Sources : la boite verte, wikipedia, www.nationalgeographic.fr,

Guillaume Sciaux – Cartographe indépendant.

Publié par Guillaume Sciaux

Cartographe géomaticien professionnel et indépendant. Né géographe et stéphanois. Voir plus d’articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Quitter la version mobile