Le métier de cartographe demande une grande rigueur pour aboutir à un produit de qualité. Il est pourtant fréquent (en fait à longueur de page web et d’articles de journaux réputés) de rencontrer des cartographies sans légende, sans échelle, voire même sans le moindre sens…

Voici donc un petit guide du cartographe qui aborde les principaux éléments à prendre en compte dans la conception de cartographies de qualité. â à lui vous serez à même de réaliser des cartes utiles et compréhensibles (c’est déjà pas mal) mais qui pourront également remplir votre portfolio avec classe !

Il n’y a bien entendu aucune solution miracle pour être un bon cartographe ; Il faut du temps et des efforts pour aboutir à un produit de qualité et cela dépend également en grande partie des utilisateurs.  Mais il y a cependant certains éléments récurrents dans la création cartographique. Voici une liste qui vous guidera, telle une boussole, dans vos compositions et vous évitera les principaux faux pas.

Aujourd’hui, les règles 12 à 22.

[hr_invisible]
Règle N°12 : organisez les couches de données par importance

Les couches de données doivent être agencées correctement lors de la création de la carte. La hiérarchisation correcte des informations déterminera quels objets (et donc quelles idées) apparaitront au-dessus ou au-dessous des autres.

Par exemple : des informations piscicoles placées sous le polygone représentant l’océan ne seront pas d’une grande utilité pour votre carte puisqu’elles seront invisibles. Un ordonnancement logique des couches d’information de votre carte vous assurera donc une lisibilité optimale. Je sais, c’est on ne peut plus logique mais encore faut-il y penser !

[hr_invisible]

Règle N°13 : recensez tous les éléments importants dans la légende

Les cartes sont des abstractions de la réalité ; elles utilisent des symboles cartographiques pour représenter le monde complexe dans lequel nous vivons. La légende est là pour expliquer au lecteur ce que les points, lignes et polygones représentent et constitue un des éléments les plus importants de la conception cartographique.

La légende est en quelque sorte la liste d’ingrédients nécessaire à la recette cartographique, sans elle votre carte restera généralement muette…

Cette légende doit rester sobre et vierge de tous les éléments qui n’apparaîtraient pas sur la carte. Elle est alignée à gauche et suit fréquemment l’ordre point, ligne, polygone.

[hr_invisible]

Règle N°14 : donnez la mesure des distances avec une barre d’échelle

La barre d’échelle est l’élément cartographique qui montre graphiquement les distances sur une carte. Elles constituent un moyen efficace d’acquérir une meilleure compréhension des dimensions représentées.

Elle permet également au lecteur de mieux comprendre les rapports de force entre chacun des éléments et donne une réponse instantanée à la mesure des distances. Ce ratio est généralement représenté de manière graphique mais la version numérique est également possible (exemple: 1/10 000).

[hr_invisible]

Règle N°15 : renseignez la date de conception

De très nombreuses cartes ne sont pas datées et pourtant, dans un monde en perpétuelle évolution, connaître la date de production d’une carte peut se révéler primordial et permettre d’éviter de nombreuses confusions. Le cartographe avisé pensera donc à la mentionner. Cela permettra à vos futurs lecteurs de replacer les données dans leur contexte et de se rendre compte de la pertinence de l’information.

[hr_invisible]

Règle N°16 : les métadonnées sont les narratrices de votre carte

Si le cartographe est en quelques sortes un compteur d’histoire, les métadonnées sont alors la voix off qui parle de cette histoire, qui résume les données et les informations sur la carte.

Ces données explicatives des éléments de base de la carte relatent les informations essentielles à porter à connaissance du lecteur. Elles comprennent le titre, le nom de l’auteur, les sources, la date de réalisation et de dernière modification. On peut également y inscrire des informations additionnelles telles qu’un résumé et un descriptif. Elles peuvent aussi décrire la précision et l’actualité des données, les limites associées à l’utilisation et au partage des éléments, les crédits, etc.

[hr_invisible]

Règle N°17 : orientez le lecteur avec une flèche Nord

De la même manière qu’une boussole la flèche nord indique… le nord ! A la différence près que sur une carte c’est le nord géographique et non magnétique qui y est reporté (la différence étant la déclinaison magnétique). Cette flèche du nord géographique est, à l’instar de la légende et de l’échelle, un des éléments incontournable d’une carte puisqu’il permettra au lecteur de s’orienter convenablement.

[hr_invisible]

Règle N°18 : comblez les « vides » cartographiques

Lorsque vous utilisez des orthophotographies (images aériennes ou satellitales) dans vos cartes il arrive que ces images ne soit pas complètes ou ne couvre pas la totalité de l’emprise de votre carte.

Pour ne pas perturber l’harmonie de votre carte et déstabiliser le lecteur il peut être prudent de combler ces vides en utilisant d’autres sources d’images telles que Google, Bing ou Openstreet map (attention aux droits d’auteur pour les 2 premiers).

[hr_invisible]

Règle N°19 : protégez-vous avec les clauses de responsabilité appropriées

Je n’ai pas l’habitude d’inscrire des clauses de responsabilité sur mes cartes mais cela peut parfois être utile. Cet avertissement de limitation de responsabilité juridique peut, dans certains cas, éviter qu’un utilisateur de votre carte ne l’emploie à mauvais escient et ne se retourne contre vous à postériori.

Si vous comptez inscrire cette mention il peut être utile de la faire préalablement réviser par un professionnel du droit.

[hr_invisible]

Règle N°20 : mentionnez vos sources

De la même manière que dans une thèse ou tout travail de recherche le cartographe doit citer ses sources lorsque les données utilisées n’ont pas été créées de toutes pièces par ses soins. Même si la plupart des lecteurs n’y prêtent pas vraiment attention l’ajout de références permettra de :

  • Rendre justice au travail de l’auteur des données
  • Retrouver aisément les données originales et leur provenance
  • Écarter tout plagiat.

[hr_invisible]

Règle N°21 : ajoutez des graticules

Les graticules, ces lignes montrant les parallèles de latitude et les méridiens de longitude de la Terre, ne sont pas toujours nécessaires dans une carte mais ils sont potentiellement intéressants. Ils peuvent constituer des guides pratiques pour le lecteur averti qui pourra alors se positionner géographiquement.

On peut également les combiner avec un quadrillage pour pouvoir afficher plusieurs systèmes de coordonnées sur une même carte.

[hr_invisible]

Règle N°22 : assurez-vous d’utiliser les standards de symbologie cartographique

Le respect des codes de la sémiologie graphique en cartographie, cet ensemble de règles et pratiques inhérentes à la représentation cartographique, permet de s’assurer que la carte pourra être lue par tout un chacun.

Les cartographes ont la chance d’avoir un langage commun qui traverse les frontières, il serait dommage de ne pas l’utiliser !

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour la dernière partie de ce guide avec les règles 23 à 33.

 

[hr_invisible]

Sources : www.gisgeography.com, www.123rf.com

Guillaume Sciaux – Cartographe indépendant.

Publié par Guillaume Sciaux

Cartographe géomaticien professionnel et indépendant. Né géographe et stéphanois. Voir plus d’articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Exit mobile version