Les noms de nos pays nous imprègnent d’un sentiment de fierté patriotique. Nos dirigeants les utilisent comme déclencheurs émotionnels dans les discours et pour évoquer l’unité nationale. Mais tout comme nos prénoms nous sont assignés sans qu’on y soit pour grand-chose, les noms des nations sont hérités, arbitraires et fréquemment absurdes.

Lorsque le talentueux président américain martèle « l’Amérique d’abord » (America First) à tout va, il ne veut  probablement pas invoquer l’esprit d’un Italien du XVe siècle. Lorsque le Général De Gaulle proclamait « La France n’est pas seule » en juin 1940, Il ne parlait vraisemblablement pas d’une tribu germanique d’il y a 2000 ans. Et l’appel de Gandhi à la Grande-Bretagne de « quitter l’Inde » ne concernait pas seulement les territoires autour de l’Indus.

En fait, selon un article de Quartz qui a analysé les 195 pays répertoriés dans l’ »Oxford Concise Dictionary of World Place-Names« , quasiment tous les noms de pays du monde se répartissent en quatre catégories :

  • Ceux qui proviennent d’un nom de tribu,
  • Ceux qui procèdent d’une description directionnelle du pays,
  • Ceux qui décrivent une caractéristique de la terre,
  • Ceux qui sont possèdent le nom d’une personne importante.

Par ailleurs, il apparaît que la façon dont les pays obtiennent leur nom n’est pratiquement jamais démocratique, et très peu sont enracinés dans les qualités nationales que nous aimons associer à eux, comme la liberté, la force ou la justice… Voilà qui est très étonnant.

[hr_invisible]

Type un: tribus, royaumes, groupes ethniques

C’est l’origine toponymique la plus classique puisqu’un tiers des pays tirent leur nom d’un de leurs groupes ancestraux. En Europe, la France porte le nom des Francs ; l’Italie celui de la tribu Vitali et la Suisse celui du peuple de Schwyz. Les exemples sont également nombreux à travers le monde :

  • Le Vietnam tire son nom des Viets du Sud.
  • L’Afghanistan signifie littéralement « la terre des Afghans »
  • La Thaïlande fait références au peuple « Thai », un groupe ethnique de la région des plaines centrales.
  • La Russie trouve son origine dans le latin médiéval « Russi », qui désigne les gens de la terre.

Au siècle dernier, c’était aussi un moyen de se réapproprier une identité beaucoup plus ancienne: en 1957, la « Gold Coast » a acquis son indépendance des Britanniques et a été renommée Ghana, d’après l’ancien empire disparu au 13ème siècle.

Quelques pays ont des noms qui décrivent les attributs de leur peuple: le Burkina Faso, dont le nom date de 1984, signifie « terre des hommes honnêtes ». La Guinée provient peut-être du mot touareg « aginaw », « peuple noir », utilisé par les Portugais au 15ème siècle. Dans le même ordre d’idée on pense que le mot « Papouasie-Nouvelle-Guinée » correspond à la description des peuples indigènes de Mélanésie qui, selon l’explorateur espagnol Inigo Ortiz de Retes ressemblaient aux Guinéens africains. Le mot « papouasie » signifiant quant à lui « frisottis ».

Pays nommés d’après une tribu, un royaume ou un groupe ethnique

[hr_invisible] Type deux: une géographie spéciale

L’aspect des lieux ou les caractéristiques de la géographie locale constituent un critère qui a inspiré environ un quart des noms de pays du monde.

L’Algérie doit par exemple son nom à sa capitale, Alger, qui signifie «les îles». Ce nom décrivait autrefois la baie de la ville qui abritait alors de minuscules îles qui ont depuis été reliées au continent ou recouvertes par le développement urbain.

L’endonyme du Monténégro (Crna Gora) signifie «montagne noire» et fait référence au massif montagneux du sud-ouest de Lovćen.

Le nom Français «Islande » manque un peu d’originalité pour désigner ce pays isolé aux confins de l’Europe. Il constitue d’ailleurs un abus de langage puisqu’il correspond phonétiquement au mot Anglais « Iceland ».  Le lieu aurait été rebaptisée «pays des glace» par le Viking norvégien Hrafna-Flóki Vilgerðarson en 856 après JC afin de dissuader les visiteurs d’accoster sur une île où les températures étaient pourtant plutôt clémentes grâce à la présence du Gulf Stream.

Certains de ces noms découlent de l’expérience de colons qui découvraient pour la première fois ces nouvelles terres. Ainsi, on ne sait pas exactement qui a donné son nom au Costa Rica mais certaines théories suggèrent que c’est Christophe Colomb qui a vu des indigènes parés d’or et ne s’est pas rendu compte qu’il était importé. Les Espagnols ont également donné son nom au Honduras qui signifie «profondeur» ou «eau profonde». Ils ont également prétendument nommé la Barbade d’après le grand banian (ficus citrifolia) trouvé là et dont les longues racines aériennes faisaient penser à une barbe.

On pense que la Sierra Leone, dénommée « montagnes des lions » par les Portugais, trouve ses origines dans le son rugissant du tonnerre dans les collines au-dessus de Freetown. Singapour signifie également «ville du lion» (la tête de lion est d’ailleurs un symbole national) mais il n’y a pas de lions à Singapour… Selon la légende, c’est le prince de Sumatra Sang Nila Utama qui donna son nom à l’île car, lors d’une partie de chasse, il se retrouva nez à nez avec un animal qu’il cru être un lion (« Singa » en malais).

Pays nommés d’après les caractéristiques de la géographie

[hr_invisible] Type trois: Est, ouest, quelque part au milieu

Environ 25 pays trouvent tout simplement leur nom dans leur emplacement. Ainsi, « Zhōngguó » (nom utilisé par les chinois par désigner leur pays) signifie «empire du milieu».

De la même manière :

Nippon, l’endonyme du Japon, correspond au «pays du soleil levant», la Norvège représente la « voie nord » et l’Australie provient de la théorie des anciens grecques prophétisant une « Terra Australis Incognita »  ou une Terre inconnue du Sud.

Le pays du soleil levant

[hr_invisible] Type quatre : les patronymes.

25 autres pays auraient également été nommés d’après le nom d’une personne importante (un seul sur ces 25 est tiré du nom d’une femme : Saint Lucie, une habitante de Cyracuse au 3ème siècle).

Certains sont plutôt évidents : les Philippines portent le nom du roi Philippe II d’Espagne au XVIe siècle et la Bolivie doit son nom au révolutionnaire vénézuélien Simón Bolívar. Israël est un autre nom de Jacob, considéré comme le patriarche du peuple juif. L’île Maurice porte le nom de Maurice de Nassau, le magistrat néerlandais du XVIe siècle, et le Swaziland doit son nom au peuple swazi, qui tire lui-même son nom du roi Mswati II du XIXe siècle.

Les îles Salomon appartiennent également à cette catégorie, mais de manière détournée: l’explorateur espagnol Álvaro de Mendaña de Neira a débarqué dans ces îles en 1568 et des rumeurs selon lesquelles il aurait trouvé beaucoup d’or n’ont pas tardé à circuler. Les îles ont alors été nommées d’après le richissime roi biblique Salomon. Au final Mendaña n’avait pas trouvé grand-chose d’autre que des plages de sable fin.

Les États-Unis d’Amérique ont été nommés en l’honneur de l’italien Amerigo Vespucci, le premier à avoir révélé que le continent découvert à la fin du 15ème siècle n’était pas l’Inde tant recherchée. En 1507, c’est le cartographe allemand Martin Waldseemüller qui a suggéré que ces terres soient nommées en l’honneur du découvreur Amerigo.

Christophe Colomb est certainement celui qui a le plus imprégné les toponymes locaux. Il aurait par exemple nommé :

  • Saint Kitts (abrégé de Christopher) et Nevis,
  • Sainte-Lucie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines d’après ses saints chrétiens préférés.
  • Antigua et Barbuda d’après l’église de Santa Maria de la Antigua
  • Trinité-et-Tobago d’après la Sainte Trinité

La Colombie est bien entendu nommée ainsi en son honneur mais il n’y a en fait jamais mis les pieds… Les lieux furent découverts par son compagnon Alonso de Ojeda en 1499.

Encore quelques-uns pour la route :

L’Arabie Saoudite tire son nom de l’Émir Muhammad Ibn Seoud, guerrier et aristocrate, considéré comme le fondateur du premier état saoudien en 1744.

Les Seychelles : en 1976, cette belle chaîne d’îles de l’océan Indien a obtenu son indépendance du Royaume-Uni, mais auparavant elle était contrôlée par la France et nommée en l’honneur du ministre des finances français Jean Moreau de Séchelles au XVIIIe siècle.

Le Salvador : ce petit pays d’Amérique centrale tire son nom de Jésus Christ et se traduit par « Le Sauveur ». Il a été nommé ainsi par le conquérant espagnol Pedro de Alvarado au XVIème siècle.

La Colombie

[hr_invisible] Le meilleur du reste du monde

Une vingtaine de pays ont des noms qui restent mystérieux et n’entrent dans aucune catégorie majeure. Ceux-ci sont sans doute les plus poétiques:

Le nom originel des petites Comores, au large de la côte est africaine, était le mot arabe « al qamar » qui signifiait « la Lune ».

Il se dit aussi que le Mexique aurait des racines lunaires et tirerait son nom de la simplification espagnole de la ville aztèque, Metztlixihtlico (la Lune).

Le Bhoutan, nommé Druk Yul localement, signifie « la terre du dragon du tonnerre » à cause des terribles tempêtes qui déchirent le ciel Himalayen.

Il existe plusieurs théories sur l’origine du nom du Népal et l’une d’elles a trait à l’histoire de l’élevage des moutons de Katmandou, étant donné qu’en tibétain, « ne » signifie « maison » et « pal » signifie « laine » le Nepal serait la maison de la laine.

Nauru, une petite île du nord-est de l’Australie pourrait tirer son nom du terme indigène « anáoero ». Ce qui signifie tout simplement « je vais à la plage »…

[hr_invisible]

Source : www.msn.com, https://qz.com,

Guillaume Sciaux – Cartographe indépendant.

Publié par Guillaume Sciaux

Cartographe géomaticien professionnel et indépendant. Né géographe et stéphanois. Voir plus d’articles

Laisser un commentaire

Donnez un avis éclairé

Exit mobile version