Les religions sont universelles et transcendantes, mais elles sont aussi locales et personnelles. Cette belle carte de Londres nous montre où vivent les croyants de chaque religion dans la capitale anglaise.

Chacun des minuscules points qui constituent cette carte colorée représente un seul fidèle. Les différentes couleurs correspondent à la foi de cette personne. On y trouve donc, classés par couleurs, les chrétiens en bleu, les musulmans en turquoise, les juifs en jaune, les hindous en violet, les sikhs en orange, les bouddhistes en vert et les « autres » en rouge.

Cette carte a été créée par le cartographe Ben Flanagan, qui a opté pour la méthode de la densité de points pour illustrer le regroupement géographique de ces religions. Cette méthode est en effet particulièrement efficace pour représenter les tendances géographiques puisque les lieux avec moins d’individus semblent disparaitre alors que les zones densément peuplées sont au contraire mises en évidence.

Comme le suggère cette cartographie, le christianisme est toujours la plus importante religion à Londres. Mais le Grand Londres est la région la moins chrétienne du Royaume-Uni: moins de la moitié (48,71%) des Londoniens sont chrétiens. La ville compte le pourcentage le plus élevé de bouddhistes (1,01%), d’hindous (5,05%), de juifs (1,84%) et de musulmans (12,56%). Cependant, les Midlands comptent plus de Sikhs (2,39%) que toute autre région.

Donc, si Londres a toujours l’air d’un océan chrétien, il est relativement peu profonde et parsemée de grandes îles et d’archipels peuplés d’autres religions.

 

 

Pour ceux que ça intéresse, une petite analyse en chiffres de cette carte :

  • Greenwich a la plus forte proportion de bouddhistes (1,66%), tandis que Havering en a la plus faible (0,32%). La plupart des bouddhistes vivent à Barnet (4 521) – un nombre relativement petit, il est donc difficile d’observer ces points verts.
  • Les arrondissements les plus juifs de Londres sont Barnet (15,18%), Hackney (6,28%) et Camden (5,10%), les trois secteurs jaunes visibles au nord. L’arrondissement où les juifs sont les moins représentés est Bexley (0,10%). Barnet a également le plus grand nombre de Juifs (54 084) et Bexley le plus faible (234).
  • Hounslow est la capitale sikh de Londres en termes relatifs (8,96%), tandis que la ville voisine d’Ealing en possède le plus en termes absolus (26 778); les deux sont clairement visibles sur la carte.
  • À Harrow – la tache rose au nord-ouest – un peu plus d’une personne sur quatre est hindoue (25,27%). Harrow a également le plus grand nombre d’hindous en termes absolus (60 407, suivis du voisin Brent avec 55 449). Hackney est l’arrondissement le moins hindou de Londres (0,64%).
  • Tower Hamlets (autour du quartier de Bow à l’est de Londres) est l’arrondissement le plus musulman de Londres (37,84%), suivi de Newham (31,97%), Redbridge (23,30%) et Waltham Forest (21,89%), qui forment ensemble la zone turquoise au nord-est. En chiffres absolus, Newham (98 456) est en avance sur Tower Hamlets (96 157), Redbridge (64 999) et Brent (58 036). Les arrondissements les moins musulmans se trouvent tous à la périphérie: Havering (2,04%), Bexley (2,43%), Bromley (2,53%) et Richmond (3,28%).
  • Le bleu semble omniprésent, mais il est plus profond à Havering, l’arrondissement le plus à l’est de Londres, où on trouve la plus grande concentration de chrétiens de la ville : 66%. Croydon (au sud) compte en revanche le plus grand nombre de chrétiens (205 022). Tower Hamlets a le pourcentage de chrétiens le plus bas de Londres (29,55%).
  • Lors du recensement de 2011, un tiers des londoniens a indiqué n’appartenir à aucune religion. Ils n’apparaissent pas sur la carte mais il est facile de se faire une idée des zones les plus impies de la capitale en ciblant les espaces les plus sombres. La minuscule ville de Londres, aussi appelée Square Mile, est l’arrondissement central des affaires, presque entièrement dédié à la finance, avec seulement 7 375 résidents permanents. Cet arrondissement est également le plus mécréant (34,20%) – bien qu’Islington et Camden le talonne de prêt en deuxième et troisième position avec respectivement 32,98% et 29,08% de païens. Au total, 12 des 32 arrondissements de Londres comptent plus du quart de leur population d’incroyants.

 

Ben Flanagan a répété cette méthode pour d’autres régions du Royaume-Uni, notamment Manchester, Yorkshire et Tyne and Wear. Vous pouvez les consulter ici.

Source: https://www.benflanagan.co.uk, https://bigthink.com

 

Guillaume Sciaux – Cartographe indépendant

Publié par Guillaume Sciaux

Cartographe géomaticien professionnel et indépendant. Né géographe et stéphanois. Voir plus d’articles

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Donnez un avis éclairé

  1. Impie et mécréant sont des mots relevant du jugement subjectif et n’ont pas leur place dans une analyse sociologique .En quoi des mécréants peuvent-ils être « talonnés par des païens  » ? Quelles différences faites-vous entre ces deux catégories ? Rangez-vous les incroyants dans ces deux catégories ? Et les agnostiques, pourquoi ne figurent-ils pas dans votre texte ? En anglais « other » (en bas de carte) ne signifie ni impie, ni païen, ni mécréant, ni incroyant…Attention aux extrapolations.

    1. Effectivement « other » se traduit par « autres » si je ne m’abuse et cette population d’une autre confession que les 6 symbolisées ici est représentée en rouge sur la carte. Les incroyants ne sont simplement pas représentés. Au sujet des termes employés: ils sont à prendre à prendre au second degré bien sûr. Par ailleurs ils sont considérés comme des synonymes par le CNTRL (CNRS).

Exit mobile version