Partout dans le monde les échangeurs autoroutiers se sont vus affublés d’étranges surnoms tels que « bretelles », « nœuds » ou encore « carrefours spaghettis » (« spaghettis junctions » en anglais) évoquant fortement, et à juste titre, un désordre enchevêtré. Le cartographe – graphiste Nicholas Rougeux nous prouve avec brio qu’il est toujours possible de trouver de la beauté dans le chaos.

En appliquant de la couleur à ces dédales routiers il insuffle une nouvelle vie à ces territoires un tantinet déprimant dans le monde réel. Le résultat détonne et tient alors plus du ballet chorégraphique coloré que de l’espace routier morne et embouteillé.

Le projet « interchange choregraphy » est une collection d’échangeurs complexes comprenant trois voies ou plus. Des centaines d’échangeurs autoroutiers dans le monde ne comprennent bien entendu que deux voies et sont au moins aussi complexes que ceux ici présents. Cependant ils n’ont pas été retenus car les possibilités graphiques au niveau de l’assemblage des couleurs sont beaucoup moins étendues. Chacune des lignes des cartographies a d’ailleurs été colorisée à la main et non par l’intermédiaire d’un code ou autre automatisation.

Un projet qui réconcilierait presque avec les matins embouteillés…

Voici une sélection de quelques unes de ces cartographies colorées :

 

 

Le site Web de Nicholas Rougeux où vous pourrez retrouver l’intégralité des cartes : C82

Voici également un poster qui rassemble l’ensemble des 120 premiers échangeurs autoroutiers intégrés au projet « interchange choregraphy »  (et que vous pouvez vous procurer ici) :

 

Sources : https://www.c82.net, http://www.laboiteverte.fr

Guillaume Sciaux – Cartographe indépendant.

 

Publié par Guillaume Sciaux

Cartographe géomaticien professionnel et indépendant. Né géographe et stéphanois. Voir plus d’articles

Laisser un commentaire

Donnez un avis éclairé

Exit mobile version